DARK MATTERS (Franck Dubois)
Dispositif circulaire octophonique, 8 enceintes actives, lecteur audio, 4 fauteuils, 1 lampe.

43min30s en boucle

Par Thierry Cattan

L'installation sonore, Dark Matters est un dispositif octophonique réalisé au Neptun Art/Science Lab de Melbu en Norvège. La composition de 43min30s comprend d’abord une cartographie sonore (field recording) constituée de prises de sons du lieu : résonances de l’architecture, souffle du vent, craquements de glace, etc., puis la composition se développe avec des interférences de l’artiste pour s’achever sur une improvisation à l’orgue.


Le field recording s’est développé dans le sillage de la musique concrète apparue dans les années 1940 sous l’impulsion de John Cage, avec sa pièce 4’33’’ (à laquelle les 43’30’’ de Dark Matters rendent hommage) et des écrits de Pierre Schaeffer. L’installation octophonique confère sa dimension plastique à la pièce en l’inscrivant dans un espace déterminé. Certes, le spectateur est plongé dans l’obscurité, mais le son suffit à créer un environnement. Chaque bruit y prend corps dans l’évocation d’une présence. C’est d’ailleurs l’une des premières leçons de la musique concrète et du field recording : les choses qui nous entourent ne sont pas silencieuses, elles possèdent leurs propres vibrations, leurs mouvements, leurs lignes de fracture.


Il appartient alors à l’artiste comme à chacun d’entre nous d’accueillir ce son, non pas de le tenir à distance comme un simple bruit mais de s’imprégner de ses modulations jusqu’à ce qu’il vienne effleurer les profondeurs de notre âme, nous toucher. Alors nous pouvons l’interpréter, l’accompagner, cheminer avec lui comme avec un vieil ami que nous écouterions attentivement et auxquels nous confierions nos sentiments les plus profonds.


L’interprétation, un peu sombre sans doute, que nous en propose ici Franck Dubois, touche ainsi naturellement tant à la nature du son lui-même qu’aux questionnements de l’artiste.